Protection de la liberté religieuses et des lieux saints

Tutti i documenti (830)

Comité de liaison international catholique-juif

Stati Uniti d'America       04/05/2001

La liberté religieuse attaquée
Depuis les dernières années, la violence interreligieuse et antireligieuse est en augmentation. Dans certains endroits, des milliers de personnes ont été tuées et des milliers d'autres ont perdu leur foyer et sont même devenues des réfugiés. L'assassinat de leaders religieux et de travailleurs laïcs est à présent un fait courant. Des sanctuaires, des monuments et des lieux de culte ont été attaqués, endommagés ou détruits. Les droits de plusieurs centaines de milliers de croyants ont été violés. Les coupables sont parfois des individus isolés. Plus souvent, il s'agit de groupes, soit de bandes, d’organisations terroristes ou de personnes revêtues d'une autorité: policiers, personnel militaire ou même appartenant aux gouvernements.
Nous sommes préoccupés par les attaques à la liberté religieuse, où qu'elles se produisent. Nous sommes d'autant plus troublés lorsque les coupables sont des membres de nos propres communautés religieuses. Réunis en cette session du Comité international de liaison catholique-juif, nous réaffirmons devant Dieu et devant la communauté mondiale notre engagement commun pour la protection de la liberté religieuse et de la sécurité des lieux saints.
Respect des lieux saints
Dès l'éveil de la conscience humaine, les hommes et les femmes ont fait l'expérience du sacré en des lieux qu'ils ont désignés comme saints. Tout au long de l'histoire connue, des groupes ont éprouvé un attachement spécial pour des lieux qui étaient saints à leurs yeux. Les textes sacrés des grandes religions historiques contiennent des récits se rapportant à des lieux particuliers où des individus ou des groupes ont fait l'expérience de rencontres significatives avec Dieu.
Les lieux saints consacrés à la mémoire de ces rencontres avec le divin font partie du caractère de toutes les traditions religieuses. Les fidèles y sont attirés par leur vénération pour les grands événements ou les personnalités qu’on y commémore et parce que ce sont des lieux de prières particulièrement ferventes. Chacune des grandes traditions religieuses de l’humanité a des lieux qu’elles considèrent comme détenant une sainteté distinctive. Les lieux saints sont un élément commun des traditions religieuses de l’humanité, comme le sont le temps sacré ou la prière.
Paradoxalement, une des conséquences de la sanctification de certains lieux est qu’ils peuvent devenir un motif de tensions entre les membres de différentes communautés religieuses. Il se peut qu’un lieu considéré comme saint par un groupe soit revendiqué par les adeptes d’une autre tradition. Les lieux saints peuvent donc être une source de conflit autant que d’expression spirituelle.
Tragiquement, lorsque des communautés religieuses se séparent ou s’opposent, les lieux saints de chacune d’elles deviennent souvent l’objet de violences ou de représailles, au lieu de vénération et de respect. Le mépris et la colère se manifestent à travers diverses formes de violations : occupation, profanation et jusqu’à la destruction des lieux. De même, lorsqu’ils sont utilisés à des fins militaires, leur caractère sacré est profané. Un groupe peut s’emparer physiquement d’un lieu saint appartenant à un autre groupe et y supprimer toute trace de son identité précédente. Des objets de vénération peuvent être dégradés. Certains lieux saints ont été réduits en ruines.
En tant que croyants, nous sommes conscients de l’importance de nos lieux saints pour notre vie religieuse et communautaire. Chacune de nos communautés de foi a aussi connu la profanation de sites pour nous sacrés. Nous connaissons la profonde douleur que cause une telle expérience. C’est en raison de ce passé que nous condamnons toute violence contre des lieux saints, commise parfois même par des membres de nos propres communautés.
Protéger la liberté religieuse
La liberté de religion et de conscience, y compris les droits des communautés religieuses dans la société, découlent de la liberté des individus devant Dieu, dans laquelle ils ont leurs racines. En tant que chrétiens et juifs, nous trouvons les racines religieuses de ce respect dans la dignité de toutes les personnes créées “ à l’image et à la ressemblance de Dieu ” (Genèse 1, 26). La liberté religieuse se réalise par l’exercice de droits spécifiques. Citons parmi ceux-ci: la liberté de culte, la liberté pour chacun de manifester publiquement sa foi et de pratiquer sa religion, la liberté pour les communautés religieuses de s’organiser et de mener leurs activités sans interférences, le droit de montrer les implications de ses propres croyances pour la vie sociale, la liberté de réunion et la liberté de créer des organisations éducationnelles, caritatives, culturelles et sociales en conformité avec l’orientation de la tradition religieuse de chacun.
La protection de la liberté religieuse requiert les efforts combinés de nombreux éléments. En ce qui nous concerne, nous devons faire davantage, en tant que responsables religieux, pour apprendre à nos frères dans la foi le respect des personnes appartenant à d’autres traditions religieuses. Les responsables religieux devraient en outre prendre des initiatives pour instaurer un climat de respect. Ils doivent être prêts à se prononcer contre toute violation de la liberté religieuse commise contre des personnes d’autres religions.
Nous encourageons les organisations religieuses à créer des programmes réguliers de formation, de dialogue et d’échanges interreligieux. Lorsque des membres d’autres religions, en particulier de religions minoritaires, sont l’objet d’agressions, nous exhortons les personnes de bonne volonté à faire entendre leur voix en défense de la liberté religieuse et des droits de la minorité, d’offrir leur soutien à celle-ci et de donner publiquement avec elle des signes de solidarité. Les responsables religieux ne devraient jamais utiliser leurs déclarations pour inciter à la violence ni faire de leurs sanctuaires et lieux de culte des centres d’action politique hostile.
Nous invitons tous les croyants à agir amicalement par-dessus les frontières religieuses pour résoudre les conflits religieux, et à suivre ensemble les chemins de la paix. Les plaintes contre les violations de la liberté religieuse, de la liberté de conscience ou de la sacralité des lieux saints devraient faire l’objet d’un examen approfondi et ne jamais être une occasion de récrimination ni de diffamation. Au contraire, nous devons toujours nous efforcer de créer un climat d’ouverture et d’équité qui permette de résoudre les conflits.
Les autorités gouvernementales et politiques ont une responsabilité particulière pour la protection des droits de l’homme et des droits religieux. Les personnes responsables du respect de la loi, de l’ordre et de la sécurité publique devraient se sentir tenues d’assurer la défense des minorités religieuses et d’employer les moyens légaux dont elles disposent envers ceux qui se rendent coupables de délits contre la liberté religieuse et la sacralité des lieux saints. De même qu’il leur est interdit d’entreprendre des actions antireligieuses, les gouvernements doivent également veiller à ce que, par leur inaction, ils ne tolèrent en fait la haine religieuse ou n’offrent l’impunité aux auteurs d’actes antireligieux.
Les forces armées devraient veiller à éviter tout acte de violence contre les minorités religieuses et toute attaque contre les lieux de culte et les sites sacrés. Dans le but d’assurer la liberté religieuse en périodes de conflits, le personnel militaire devrait être formé dans le respect des droits des minorités religieuses et des lieux saints, et être tenu responsable de ses actions. En cas de conflit entre les exigences d’une légitime défense et l’immunité religieuse, il est nécessaire de trouver les moyens d’éviter, ou tout au moins de réduire au minimum les infractions aux droits religieux.
Conclusion
Ensemble, en tant que représentants des communautés religieuses catholique et juive, nous demandons aux hommes et aux femmes de toutes les religions de respecter la liberté religieuse et de traiter avec respect les lieux saints des autres. Nous invitons toutes les personnes à rejeter les attaques à la liberté religieuse et la violence contre les lieux saints comme formes légitimes d’expression politique.
Nous espérons, dans la prière, que viendra le temps où tous jouiront du droit de vivre leur vie religieuse sereinement et en paix. Nous aspirons à voir le jour où les lieux saints de toutes les traditions religieuses seront en sécurité et où tous traiteront les lieux saints des uns et des autres avec respect.
New York, N.Y.
4 mai 2001

116 visualizzazioni.
Inserito 01/01/1970