Rencontre du Pape Jean Paul II avec les représentants de l'American Jewish Committee.

Tutti i documenti (830)

Jean-Paul II, Pape (Wojtyla, Karol) 1920-2005

Città del Vaticano       16/03/1990

1. Shalom! C’est par ce souhait que je salue chacun d'entre vous en vous accueillant au Vatican. Notre rencontre de ce jour me remet en mémoire une visite semblable de l'American Jewish Committee, en 1985, afin de commémorer le 20e anniversaire de Nostra Aetate, la Déclaration du Concile Vatican Il sur les relations entre l'Église et les religions non chrétiennes. Cette Déclaration continue à nous transmettre un message important et opportun, nous inspirant espérance et espoir pour l'avenir.
Même si l'enseignement catholique sur les juifs et le judaïsme est rassemblé dans l'article 40 de la Déclaration, nombre d'éléments fondamentaux sont également présents en d'autres documents - du Concile. On peut trouver des références au même sujet dans le Constitutions dogmatiques sur l'Église et sur la divine Révélation/ dans la Déclaration sur la liberté religieuse, dans la Constitution, pastorale sur l'Église dans le monde de ce temps, et dans la Constitution sur la sainte liturgie. Peut-être le temps est-il venu, vingt-cinq ans plus tard, d'entreprendre une étude systématique de l'enseignement du Concile en cette matière. Nous ferions bien de chercher à réaliser cela, comme un élément de notre dialogue. Aujourd'hui, je voudrais me limiter à quelques observations générales.

2. Nostra Aetate parle du "lien qui relie spirituellement le peuple du Nouveau Testament avec la lignée d'Abraham" (n. 4). Cette référence est à compléter par un autre texte que l'on trouve dans la Constitution dogmatique sur l'Église. Nous y lisons: "Quant à ceux qui n'ont pas encore reçu l'Évangile, ils sont eux aussi, sous des formes diverses, ordonnés au peuple de Dieu. Et, en premier lieu, ce peuple qui reçut les alliances et les promesses, et dont le Christ est issu selon la chair (cf. Rm 9,4-5), peuple très aimé du point de vue de l'élection, à cause des pères, car Dieu ne regrette ni de ires dons ni de son appel (cf. Rm11,2 -29)" (n. 16).
L’origine de «notre héritage spirituel commun » (cf. Nostra Aetate, 4) doit être trouvée dans la foi d'Abraham, d’Isaac et de Jacob. De cet et héritage commun, nous pouvons inclure la vénération de la saint Écriture, la confession de j'unique Dieu vivant (cf. l'Ex 20,3.23; Dt 6,4), l'amour du prochain (cf. Lv 19,18) et un témoignage prophétique de la justice et de la paix. Nous vivons de même dans l'attente confiante de la venue du Royaume de Dieu et nous prions pour que la volonté de Dieu soit faite sur la terre comme au ciel.
Aussi pouvons-nous effectivement travailler ensemble à pro¬mouvoir la dignité de toute personne humaine et à sauvegarder les droits de l'homme, spécialement la liberté religieuse. Nous devons aussi être unis pour combattre toutes les formes de discri¬mination raciale, ethnique ou religieuse, ainsi que la haine, y compris l'antisémitisme. Je suis heureux de souligner le niveau important de coopération auquel nous sommes parvenus en ces di¬vers domaines au cours des 25 ans écoulés, et je souhaite ardem¬ment que ces efforts continuent et s'accroissent.

3. Dans cette atmosphère nouvelle et positive qui s'est développée depuis le Concile, en ce qui concerne les catholiques, c'est la tâche de toute Église locale de promouvoir la coopération entre juifs et chrétiens. En tant que successeur de Pierre, j'ai une sollicitude spéciale pour toutes les Églises et je m'efforce donc de promouvoir une telle manière d'agir partout dans le monde. En même temps, j'accueille avec reconnaissance les initiatives que vous-mêmes avez prises en ce domaine. Je souhaite que votre prochaine rencontre en Pologne avec la Commission épiscopale pour le dialogue avec les juifs soit très fructueuse. Puisse-t-elle être le signe plein d'espoir de l'instauration d'une authentique fraternité entre chrétiens et juifs en Europe centrale et orientale, et contribuer ainsi au processus de développement pacifique et démocratique qui s'y déroule.
Cette initiative et l'échange permanent d'informations entre votre Comité et la Commission du Saint-Siège pour les relations religieuses avec le judaïsme, reflètent notre commun désir d'une meilleure compréhension et d'une plus grande harmonie. Puisse tout cela profiter à nos deux communautés et fortifier la justice et la paix dans le monde, spécialement sur la terre des Pères et à Jérusalem, la Terre et la Ville que des millions de croyants, juifs, chrétiens et musulmans, considèrent comme saintes.
Que vienne le jour où toutes les nations, "martelant leurs épées, en feront des socs de charrue, et
de leurs lances feront des serpes", où "une nation ne brandira plus l'é¬pée contre une autre nation, où on n'apprendra plus à se battre" (Is 2,4). J'invoque sur vous tous l'abondance des bénédictions divines.

81 visualizzazioni.
Inserito 01/01/1970