Le dialogue: alternative contemporaine au prosélytisme

Tutti i documenti (830)

Conférence des Eglises du Texas

Stati Uniti d'America       06/02/1982

Déclaration de la Conférence des Eglises du Texas (USA) sur les relations entre juifs et chrétiens, approuvée par le vote unanime des membres de la 13e assemblée annuelle des représentants de la Conférence des Eglises du Texas, le 6 février 1982 à Houston.

Préambule: Une nouvelle approche

Dès les origines, l'Esprit de Dieu planant sur les eaux a agi dans la création, faisant succéder l'ordre au chaos, la lumière aux ténèbres, la vie à la mort.

C'est le même Esprit de Dieu qui a inspiré, de nos jours, le mouvement oecuménique au sein des Eglises du Christ, et nous pouvons constater les résultats de ce mouvement: voilà que des chrétiens de traditions différentes, parce qu'ils ont répondu à ce don de l'Esprit de Dieu, sont arrivés à une compréhension mutuelle qui ne fait que se développer. Par le dialogue, nous avons pu éliminer bien des préjugés. Nous partageons une commune vocation de témoignage et de service l'égard du monde. Nous rejetons le prosélytisme comme indigne des relations que nous voulons établir entre nous.

On ne peut guère en douter: l'Esprit de Dieu se meut à nouveau sur les eaux. De toutes parts se manifestent les signes d'une prise de conscience qui s'éveille, d'une approche nouvelle, faite de compréhension entre juifs et chrétiens. Notre désir, dans la Déclaration que voici, est de répondre à cette nouvelle motion de l'Esprit divin et même de la faire nôtre.

La tâche de l'oecuménisme est loin d'être achevée. Tendre à une plus grande unité demeure une tâche qui s'impose aux Eglises chrétiennes. Nous croyons cependant qu'aujourd'hui le mouvement inter-confessionnel nous invite à une relation nouvelle avec le pueple juif.

L'Esprit de Dieu agit encore parmi nous, à travers les événements que nous vivons. L'Holocauste, ce massacre systématique et délibéré de six millions de juifs par le 3e Reich, est un événement qui, plus que tout autre, vient interpeller les Eglises chrétiennes, les appelant à ré-examiner (et à réformer) leur approche traditionnelle du judaïsme et du peuple juif. Les travaux d'exégètes et de théologiens, tant juifs que chrétiens, ont ouvert de nouvelles perspectives sur nos origines communes, et le Concile Vatican II, dans la Déclaration Nostra Actate de 1965, encourage et recommande a la connaissance et l'estime mutuelles a entre chrétiens et juifs (par. 4).

En publiant la Déclaration que voici, la Conférence des Eglises du Texas désire encourager et promouvoir la nouvelle motion de l'Esprit divin qui se manifeste en notre temps. Ce document veut être une base d'échanges entre chrétiens et juifs. Nous espérons qu'il nous amènera à entretenir avec les juifs des relations nouvelles, caractérisées par la recherche du dialogue et d'un témoignage commun devant le monde.

1 - Le judaïsme en tant que religion vivante

A. Nous reconnaissons, avec un sentiment de considération et de respect, que le judaïsme est une religion vivante et que la vocation d'Israël, tout comme l'Alliance faite par Dieu avec lui, restent valides et opérantes aujourd'hui. Nous rejetons la thèse de l'abrogation de l'Alliance mosaïque par la venue du Christ. Notre conviction se fonde sur l'enseignement de Paul qui affirme, en Rom. 9 à 11, que les dons et les appels de Dieu sont irrévocables.

B. Les juifs ont, de nos jours, une vocation et une mission particulières qui leur viennent de Dieu et de l'Alliance conclue avec eux. Ils sont appelés à rester fidèles au commandement qu'ils ont reçu de témoigner devant le monde de la sainteté du Nom divin.

2 - Relation entre les deux Alliances

A. L'Alliance chrétienne s'enracine dans l'Alliance du Sinaï dont elle est un développement. Nous ne pouvons nous comprendre nous-mêmes comme chrétiens, ou dans notre relation à Dieu, sans une solide connaissance du judaïsme. « Ce n'est pas toi qui portes la racine, mais c'est la racine qui te porte » (Rom. 11,18).

B. Juifs et chrétiens partagent une même vocation en tant que peuples de l'Alliance avec Dieu. Nous avons, certes, des vues différentes sur la nature précise de cette Alliance, mais nous partageons une histoire commune et nous avons une même expérience de la présence rédemptrice de Dieu dans l'histoire. Juifs et chrétiens, nous sommes appelés ensemble à être fidèles à l'Alliance selon la compréhension que nous en avons.

C. Nous croyons que le mouvement inter-confessionnel doit promouvoir une meilleure compréhension et plus d'unité entre toutes les grandes religions, particulièrement entre le judaïsme, le christianisme et l'Islam. Il existe cependant entre juifs et chrétiens une parenté exceptionnelle du fait que les deux Alliances ont entre elles un lien très particulier.

D. Nous affirmons, et cela avec gratitude, que les Ecritures du peuple juif, notre Ancient Testament, sont une hase commune aux juifs et aux chrétiens, tant pour leur foi que pour leur action. Si nous parlons des Ecritures juives comme de « l'Ancien Testament », cela n'implique nullement, selon nous, que ces Ecritures ne soient pas toujours continuellement nouvelles, tant pour les juifs que pour les chrétiens d'aujourd'hui.

3 - Le dialogue, voie de la compréhension mutuelle

A. Pour répondre à la motion actuelle de l'Esprit Saint, nous croyons que l'attitude désirable et la plus appropriée dans la rencontre entre juifs et chrétiens est celle du dialogue.

B. Le dialogue est la voie qui mène à la compréhension entre nos deux religions, et il est source de lumière et d'enrichissement mutuel. Nous croyons que le dialogue permettra aussi qu'il y ait moins d'incompréhensions et de préjugés de part et d'autre.

C. Dans le dialogue, nous nous engageons à observer les principes suivants:
— Le plus strict respect pour la liberté religieuse;
— Le respect des autres tels qu'ils se définissent eux-mêmes à la lumière de leur propre expérience et tradition;
— Dans les rapports mutuels, le rejet de tout désir de conversion, de tout prosélytisme; ce qui n'empêche nullement juifs et chrétiens d'affirmer les uns devant les autres leurs convictions, ce à quoi ils tiennent;
— De part et d'autre, un présupposé de la bonne volonté du partenaire et le désir d'écouter et d'apprendre des autres.

4 - Témoignage mutuel et témoignage pour le monde

A. Face à la sécularisation croissante et au mépris actuel de la vie humaine, nous croyons que, par vocation, juifs et chrétiens ont à être toujours témoins de Dieu devant le monde et les uns pour les autres.

B. Nous reconnaissons la nature universelle de la mission I des Eglises chrétiennes et la nécessité pour elles de témoigner' devant toutes les nations. Cependant, du fait de notre relations unique avec les juifs et le judaïsme, nous croyons que l'attitude qui convient en ce cas particulier est celle du dialogue et de la mission commune.

C. Nous croyons en particulier que juifs et chrétiens partagent la mission de travailler ensemble aux tâches suivantes:
— Sanctifier le Nom de Dieu dans le monde;
— Promouvoir le respect pour la dignité et la valeur de la personne humaine créée à l'image et à la ressemblance de Dieu;
— Rechercher activement la justice et la paix au sein des nations;
— Etre des signes d'espérance pour l'avenir, en s'appuyant sur les promesses divines.

D. Pour réaliser cette mission commune, nous excluons toute forme de prosélytisme injustifié entre chrétiens et juifs. En tant que guides spirituels des chrétiens, nous rejetons en particulier ce qui suit:
— Tout ce qui entrave ou viole le droit de toute personne ou communauté humaine à n'être pas assujettie à des contraintes externes ou internes en matière religieuse;
— Toute manière de prêcher l'Evangile qui ne soit pas selon les voies d'un Dieu qui nous invite à répondre librement à son appel et à Le servir en esprit et en vérité;
— Tout témoignage ou toute prédication qui, en quelque manière, comporterait une contrainte physique, morale, psychologique ou culturelle pour les juifs;
— Tout jugement impliquant une discrimination, un mépris ou une prévention envers les juifs, pris individuellement, en tant que tels, ou envers leur foi, leur culte ou leur culture;
— Les formes odieuses de comparaison qui, en vue d'exalter la religion chrétienne, jettent le discrédit sur la religion juive;
— Toute action qui tendrait à faire changer de foi religieuse les juifs en leur offrant, plus ou moins ouvertement, une protection, des avantages légaux, matériels, culturels, politiques etc.-, sous des prétextes d'éducation, d'assistance ou autres;
— Les tentatives de créer des organismes, de quelque genre qu'ils soient, ayant pour but de convertir les juifs.

5 - Conclusion: Une espérance messianique

Juifs et chrétiens partagent une grande espérance: celle de l'établissement futur, à la fin des temps, du Règne de Dieu dans le monde, d'un âge messianique. Même si nos opinions divergent quant à la question de savoir si et dans quelle mesure l'ère promise est déjà arrivée en la personne de Jésus Christ, nous avons cependant en commun l'espérance qu'un jour apparaîtront des * cieux nouveaux et une terre nouvelle » (cf. Apoc. et Is.). Nous croyons que l'Esprit de Dieu se meut de nouveau sur les eaux.

En présentant cette Déclaration, la Conférence des Eglises du Texas espère préparer les voies pour que vienne enfin cette ère de justice et de paix.


1. Cette 4e partie de la Déclaration entend reconnaître la dimension universelle de la mission des Eglises chrétiennes. L'Eglise doit évangéliser toutes les nations, selon le commandement du Christ. Ayant reconnu cela, la Déclaration considère ensuite le lien particulier qui unit chrétiens et juifs, et comment ce lien particulier invite au dialogue et au témoignage commun plutôt qu'à un« prosélytisme injustifié ».
Il est intéressant de noter que le Professeur Tommaso Federici, dans le mémoire qu'il a présenté au Comité de Liaison Catolique-Juif à la rencontre de Venise (28-30 mars 1977) parle ainsi de la mission de l'Eglise auprès des juifs:
« ... un examen renouvelé du texte de Paul (aux Romains) permet de conclure... que la mission de l'Eglise à l'égard d'Israël consiste plutôt en une vie chrétienne vécue dans la fidélité totale au Dieu unique et à sa Parole révélée ». (Cf. SIDIC vol. XII No. 3 - 1979, p. 22; voir aussi l'ensemble de cet article dont la Déclaration des Eglises du Texas semble s'être inspirée).

2. Le mot « témoin » est important pour définir le genre de relation que nous désirerions voir s'établir entre juifs et chrétiens. Le mot lui-même peut avoir bien des sens; dans cette Déclaration, en tant que chrétiens, nous l'employons pour signifier ce mouvement continuel qui pousse les chrétiens, ou la communauté chrétienne, à proclamer l'action de Dieu dans l'histoire et à chercher à montrer que, dans le Christ, est venue « la lumière qui éclaire tout homme» (Rapport du groupe de travail conjoint entre l'Eglise catholique romaine et le Conseil mondial des Eglises, de mai 1970).
Témoigner, en ce sens, peut prendre trois formes:
— Le témoignage d'une vie vécue dans la justice, l'amour et la paix;
— Le témoignage d'une proclamation plus directe de la Parole de Dieu dans le monde, dans la société (y compris dans les assemblées liturgiques de la communauté)
— Le témoignage de l'action sociale en faveur de la justice.
La Déclaration recommande que ce témoignage rendu par les chrétiens prenne bien en considération le droit de la personne humaine à la liberté religieuse. Elle estime aussi que, du fait de la relation spéciale qui existe entre juifs et chrétiens, un témoignage commun ou mutuel est ce qui convient le mieux.

3. L'expression prosélytisme injustifié » est choisie à dessein pour définir le prosélytisme dans son sens péjoratif, c'est-à-dire un zèle poussant à convertir les autres à sa propre foi sans respecter les droits essentiels de l'homme.

75 visualizzazioni.
Inserito 01/01/1970