XII Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques, 5-26 octobre 2008 - Stanisław GĄDECKI, Archevêque de Poznań (POLOGNE)

Tutti i documenti (830)

GĄDECKI, Stanisław

Città del Vaticano       13/10/2008

Au numéro 55 du document de travail intitulé “Parole de Dieu, source du dialogue entre chrétiens et juifs”, nous lisons: “Une attention particulière doit être accordée aux relations avec le peuple juif. Chrétiens et juifs sont tous enfants d'Abraham, enracinés dans la même alliance, du fait que, fidèle à ses promesses, Dieu, n'a pas révoqué la Première Alliance (cf. Rm 9,4; 11,29)”. Toutefois, ce paragraphe ne touche pas à la question de l’unicité et de l’universalité salvifique de Jésus Christ vis-à-vis du peuple juif.


Le refus de la mission chrétienne vis-à-vis des juifs.

D’une part, nous connaissons bien l’exposition de Dominus Jesus qui déclare que la grâce de Dieu - qui, selon notre foi, est la grâce de Jésus Christ - est à la disposition de tous. Par conséquent, l’Église croit que le judaïsme, c’est-à-dire la réponse fidèle du Peuple juif à l’alliance irrévocable de Dieu, est en soi source de salut, parce que Dieu est fidèle à ses promesses.
Ainsi, la mission, au sens strict, ne peut être utilisée à propos des Juifs qui croient au Dieu unique et vrai. Par conséquent, il n’existe aucune organisation catholique de mission vis-à-vis des juifs.

Le caractère unique et l’université salvifique de Jésus Christ

D’autre part, il faut dire que de nombreux catholiques ne savent pas comment faire concorder ce fait avec les témoignages provenant de l’époque apostolique et qui attestent clairement l’existence d’une mission apostolique vis-à-vis des juifs.
Dans le Nouveau Testament, la volonté salvifique universelle de Dieu est strictement liée à l’unique médiation du Christ: “[Dieu] qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. Car Dieu est unique, unique aussi le médiateur entre Dieu et les hommes, le Christ Jésus, homme lui-même, qui s'est livré en rançon pour tous” (1Tm 2, 4-6).
C’est sur cette conscience du don du salut unique et universel offert par le Père par l’intermédiaire Jésus Christ dans l’Esprit (cf. Ep 1, 3-4) que “les premiers chrétiens se sont tournés vers Israël pour lui montrer l'accomplissement du salut au delà de la Loi. Ils se sont ensuite adressés au monde païen d'alors, qui aspirait au salut par une pluralité de dieux sauveurs” (Dominus Jesus, 13). Bien que connaissant les véritables raisons pauliniennes de l’endurcissement des juifs vis-à-vis du Christ, nous n’avons pas encore une doctrine ecclésiastique claire et officielle sur ce que pense vraiment l’Église vis-à-vis de l’unicité et de l’universalité salvifique de Jésus Christ par rapport au peuple juif qui devrait, justement, être exposée à toute l’Église dans le document final au numéro 55.

[00198-03.04] [IN165] [Texte original: italien]

81 visualizzazioni.
Inserito 01/01/1970